05 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

Scandale à la télévision égyptienne

Elles sont huit. Huit présentatrices. Huit femmes. Huit journalistes. Travaillant pour la télévision égyptienne, ces huit journalistes ont été suspendues. Leur crime ?
Le voilà.

Beauté standard : scandale à la télévision

 Un indice ?

Ces huit présentatrices ont été suspendue pour une durée d’un mois. En effet, leur physique, jugé « non conforme » par l’Union de la radio et de la télévision égyptienne aurait un impact sur les audiences. Leur huit journalistes doivent donc « mincir ».
Ce nouveau scandale vient écorner l’image de la télévision d’Etat, déjà accusée de biaiser l’information, selon le New York Times, et souvent moquée par la population égyptienne.
Khadija Khatab (image en tête d’article), interrogée, assure qu’elle « n’a reçu aucun ultimatum » mais ajoute qu’elle pense « que des mesures pourraient être prises. » La chaîne, qui avait dans un premier temps annoncé que les huit journalistes pourraient perdre leur poste, a ajouté suite à la polémique que les présentatrices seraient payés durant leur mois d’amaigrissement forcé. 

Une bien maigre consolation pour le Centre d’orientation et de sensibilisation des femmes qui critique cette décision comme « [violant] la Constitution ». Une avocate des médias, Mostafa Shawky, déclare que cette décision vient renforcer l’idée selon laquelle seules les femmes correspondant à certains critères de beauté devraient être présentatrices. 
Khadija Khatab a pour sa part demandé aux internautes si son physique posait problème, pour elle qui considère être « une égyptienne comme les autres ». « Je ne me maquille pas trop » et d’ajouter avoir « un look normal ». 

Si la décision fait polémique, il n’est pourtant pas rare que des télévisions obligent des femmes à correspondre aux critères de beauté actuelle. Le monde du grand et du petit écran a été au centre de plusieurs polémiques, entre grossophobie et sexisme, depuis plusieurs années, alors que la parole se libère de plus en plus pour dénoncer des idéaux et des exigences de plus en plus irréalistes : minceur, jeunesse éternelle, etc. Sophie Marceau, Kristen Stewart, Jennifer Lawrence et bien d’autres dénonce les travers du monde de l’image. 
Il est étonnant de constater, et ce, malgré la révolution sexuelle et la libération féministe des années 70, à quel point le physique des femmes est sujet à de nombreuses polémique. Le corps de la femme est un objet sexuel, érotisé à l’excès. Le corps n’est plus qu’un appel au sexe, à l’érotisme vulgaire, devenant un objet de consommation. Soumise aux désirs des hommes, le corps de la femme ne lui appartient plus. Une femme, si elle ne correspond pas aux critères de beauté standardisées, si elle fait un choix sortant des sentiers battus, se voit l’objet de regards, de remarques et parfois même d’insultes. 
Trop montrer son corps devient un appel au viol, ne pas s’épiler le signe que l’on ne se lave pas, etc. Les exemples de préjugés autour des obligations de beauté sont nombreux et il est triste de constater que les pires ennemis des femmes sont les femmes elle-même. 

Pourtant, une prise de conscience collective voit l’apparition de mouvement en faveur de l’acceptation de soi, soutenue par des femmes comme Tess Holliday ou Ashley Graham, mannequins.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Cazare In Maramures Cu Piscina |
Lefruitdenospassions |
Mystères du monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ma petite bulle d'évasion
| Cgt hopital lesneven
| Ladylow